Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller au contenu
Accueil Actualité

Copropriétaires, apprenez à changer de syndic

Copropriétaires, apprenez à changer de syndic
  • Les actus immobilières
  • décembre 2014
Copropriétaires, apprenez à changer de syndic

 

Les principales étapes pour changer de syndic de copropriétés sont les suivantes.

 

Dans un premier temps, il s'agit de trouver un nouveau syndic meilleur en termes de disponibilité, de qualité des prestations et de niveau des honoraires. Il faut donc mettre en compétition plusieurs syndics.

Ensuite, la décision de rompre peut être prise :

• Lors de l'expiration du mandat.
Dans ce cadre, il faut attendre l'assemblée générale et faire en sorte que celle-ci vote contre le renouvellement. La majorité des voix de tous les copropriétaires est requise.
Si elle n'est pas obtenue, un second vote est organisé. Là, il suffira de la majorité des copropriétaires présents ou représentés. Mais encore faudra-t-il que le syndic menacé de destitution soit encore en fonction pour organiser cette seconde consultation !
Les délais devront donc être scrupuleusement respectés. Sinon, le risque est grand que la copropriété se retrouve sans syndic. La gestion de la passation de pouvoir est donc cruciale.

• Par révocation sur le champ.
Dans ce cas, des motifs sérieux et légitimes sont indispensables pour y recourir.

• Elire, parmi les copropriétaires, un syndic bénévole.
Il n'est certes pas nécessaire de posséder une carte professionnelle, ni de justifier d'une formation pour assumer cette charge. Toutefois, mieux vaut avoir un minimum de compétences comptables et juridiques, et surtout, disposer de beaucoup de temps. En outre, la prudence commande de souscrire une assurance.
La charge de travail justifiera que ce bénévole soit défrayé de ses dépenses, voire qu'une rémunération soit envisagée.

 

Afin de vous aidez, La Chambre Nationale des Propriétaires a mis à votre disposition un dossier de consultation de syndics de copropriétés dans le cadre d'un appel d'offres ainsi que des listes de syndics susceptibles de répondre à cet appel d'offres.
Ce dossier vous sera adressé par mail pour un coût de 120 euros (150 euros pour les non-adhérents).